• 31 janvier 2021 à 21 h 54 min #655
    Répondre
    Mikel Defays
    Maître des clés

    Gratitude infinie pour vos partages

    31 janvier 2021 à 21 h 56 min #656
    Répondre
    Mikel Defays
    Maître des clés

    Bonjour Mikel,
    je t’écris pour te parler de mon expérience avec la Kundalini depuis le stage de décembre.
    J’ai émis l’intention de continuer pendant 1 mois la pratique journalière de la non-technique chez moi après le stage. Cela fait maintenant 2 semaines (en plus de la semaine de stage) que je suis occupé à vivre quotidiennement la magie de cette technologie naturelle et pure, je reçois la transmission environ 1h par jour.
    Je ressens son passage en moi comme faisant partie de moi, elle, la Kundalini, n’est pas séparée de moi.
    Elle m’apprend en même temps qui je suis et qui elle est, non-séparément.
    Elle me montre patiemment les blocages à chaque niveau d’existence, dans le corps, les sentiments, les émotions, le mental, dans la vie (relationnel) et le karma aussi. Elle m’enseigne de l’intérieur.
    Ce qui semble animer cette force est d’essence divine mais bien terrienne. C’est l’énergie sexuelle, comme nous l’appelons vulgairement, qui fait son chemin à travers moi pour alimenter tout mon corps, comme une nourriture sainte, et qui rempli aussi la tâche de développer mon cerveau.
    Parfois il y a les « traversées de déserts » comme tu nous l’as dit. Des périodes de pure méditation qui nous apprend le vide, le non-penser, le non-être. Ces moments sont indispensables et commencent à me remplir plus qu’à me vider ! C’est étonnant !
    Après le stage, je me suis rendu à une conférence de Quentin Disneur. Il nous a transmis une part de sa conscience de la Présence. La douceur de son regard et de ses mots me transpercent encore ! Je ne suis plus le même homme depuis ces 2 expériences sacrées (le stage et la conférence). Je sens le travail de transformation continuer en moi et dans ma vie. Je n’en comprends pas toujours la finesse, et ce n’est pas grave car vouloir trop bien faire évince les chances de réussite.
    Il ne s’agit d’ailleurs pas de réussite à proprement parler. Car il n’y a ni but à atteindre, ni chemin à parcourir lorsque nous SOMMES, en toute simplicité et avec toute la présence divine dont nous sommes capables.
    Grâce à l’énergie de la Kundalini, j’ai été témoin de mon immense fragilité, de mes peurs les plus profondes, une à une décortiquées pour que je les vois, les comprenne, les accepte et me pardonne sincèrement. Être qui je suis ne prétend à rien mais le potentiel divin est si immense que parfois j’en perd le sens de la réalité. Je suis à la fois seul et entouré. On m’a toujours offert l’opportunité de rencontrer de vrais amis, des familles d’âmes. Mais la traversée se fait malgré tout seul, un à un, vers le divin. C’est une Rencontre sacrée, un rendez-vous magnifique de soi-même avec Soi.
    Je vibre d’un espoir d’alignement, un espoir d’illumination de chacune de mes cellules, et je souhaite la même chose pour mes frères et sœur sur Terre.
    Si tu as un conseil ou une guidance particulière pour moi je recevrai avec ouverture d’esprit et de cœur. Que Dieu te garde, Mikel. À bientôt !
    Jérémy

    31 janvier 2021 à 21 h 57 min #657
    Répondre
    Mikel Defays
    Maître des clés

    Bonjour ,je viens de vivre une grande épreuve.j’ai ressenti cette part d’ombre et en contrepartie j’ai reçu la lumière qui a fait que j’ai gardé mon alignement .j’ai cette force qui me garde lucide et me permets de rester dans ce moment présent sans spéculer sur les futurs plus ou moins dramatiques imaginés par notre ego.c’est dans les moments difficiles que l’on peut évaluer où on en est.aussi je voudrais remercier Mikel et tout le groupe qui me permettent d’être une meilleure version de moi même avec tout ce que vous m’avez offert d’amour et de partage….

    Isabelle

    31 janvier 2021 à 21 h 58 min #658
    Répondre
    Mikel Defays
    Maître des clés

    Bonsoir à tous,
    Je souhaite à nouveau témoigner au sujet du processus d’éveil de l’être par la Kundalini que j’ai continué depuis plusieurs semaines maintenant.
    Pour ceux que cela intéresse et aussi pour moi car cela me fait du bien d’écrire tellement ce qui se passe est en perpétuel mouvement et insaisissable…
    Lors du stage avec Mikel, le 5ème jour (le premier jour de notre nouvel être) fut consacré à l’ancrage, et fut une très belle journée. Ici, je vis la 5ème semaine à raison de 1h par jour de transmission. Il m’est apparu comme évident que cette semaine est celle de l’ancrage des énergies puissantes qui m’ont traversé la 4 semaines précédentes. L’ancrage a consisté à méditer sans les musiques (pas du tout évident au début, malgré que j’ai beaucoup d’expérience de la méditation…) mais aussi en un lacher-prise permanent.
    La non-technique m’a encore apporté beaucoup, toujours plus sincère et plus subtile s’installe la relation entre moi et le divin. Car c’est réellement ce qui est en train de se produire. Toujours en contact avec soi, toujours en contact avec le Soi éternel, cela semble être un des buts que s’est fixé l’énergie sacrée de la Kundalini.
    De semaine en semaine l’énergie s’est faite ressentir de plus en plus subtile. Des élan émotionnels aux pertes de connaissance, en passant par les tremblements et les convulsions du début, nous sommes maintenant dans un travail très subtil et spécifique à chaque instant.
    La merveille de ce processus est que nous sommes en permanence avec le corps, avec l’énergie Terre, les cellules et les fibres alors que l’éveil est hautement spirituel et transparent. Une véritable union du corps et de l’esprit, un mariage sacré.
    Ne croyez pas que je sois arrivé à une quelconque conclusion au sujet de mon évolution, là n’est pas la question. Ces forces divinement agencées n’emmènent (dans les méditations et aussi hors méditations) dans un non-jugement et une voie du milieu qui ne me permettent plus de vivre des dualités qui se sont usées d’elles-mêmes. La fluidité de l’énergie est le seul but de tout ce travail. Qu’il s’agisse d’énergie physique ou subtile. Seul la vie a de l’importance, ce courant sacré qui nous donne tout et qui peut tout nous reprendre à n’importe quel moment.
    Je le vis très bien, à plein de niveaux. Cela me remplit. Pas avec du bonheur ou un autre élément éphémère, mais avec une pure sensation qui ressemble parfois au vide (c’est pas évident à décrire, vous en conviendrez…).
    Je souhaite que ces belles énergies soient partagées, voilà pourquoi vous lisez ces lignes. Elles ne remplaceront jamais l’expérience sacrée que vous pourrez vivre avec vous-même.
    Dieu existe, c’est vous, c’est moi!

    Jéremy

    31 janvier 2021 à 21 h 59 min #659
    Répondre
    Mikel Defays
    Maître des clés

    Merci du fond du coeur Denyse d’avoir prit le temps de retranscrire ton témoignages et de le partager ouvertement.
    Témoignage de Denyse initiation Kundalini rising Juillet 2015 :
    13 juillet 2015
    Première méditation
    Après un petit moment, des larmes s’écoulent, en même temps, je ressens une boule de chaleur à l’estomac et j’ai l’impression que mon ventre est aspiré vers l’intérieur – il est du reste très rentré.
    Mes mains sont froides.
    Je bascule vers la gauche, tête d’abord, puis le corps.
    Mikel agit, ses mains sont positionnées l’une au bas du dos, l’autre au niveau de la tête. La main située dans le bas du dos remonte le long de ma colonne vertébrale.
    Une impression de clarté m’envahit, pas visuelle, c’est un ressenti. Je ressens également une forme de légèreté opposée à la pesanteur avec laquelle je vivais jusqu’à présent en colocation.
    Corps et mains bougent ; je sens de l’énergie, des boules d’énergie dans les mains.
    Mon corps continue de se mouvoir, penche à droite vers P., ma main droite glisse sur le canapé vers lui, puis s’arrête ( je « veux » atteindre P., mais il est effectivement trop loin), la main gauche suit. Je reste un moment dans cette position, puis reviens à ma position initiale.
    Une ou deux larmes s’écoulent.
    Plus tard, mon corps est toujours en mouvement.
    Je penche de nouveau vers la gauche, ma main descend assez bas (je suis au bord du canapé), puis reprend sa position de base.
    Deuxième méditation
    Mikel agit sur le chakra du cœur. Je me couche sur le côté gauche. Après un moment, je me relève et dirige ma main droite vers P. (nous sommes alors plus proches). J’effleure son vêtement, lève la main pour lui offrir ce que contient ma main, en l’occurrence un nénuphar rouge brillant. Dans l’autre main, un nénuphar brillant aussi, mais blanc.
    Il prend ma main, paume contre paume, il prend son nénuphar rouge, à ce moment précis, l’autre fleur irradie. Nous restons ainsi un certain temps, puis je reviens à moi, à ma position initiale.
    Je ressens une boule dans le ventre que je tiens des mains, je pleure et ressens la boule deux fois encore.
    Un peu plus tard, je change de position afin d’être dirigée vers P., j’ai encore des choses à lui donner.
    Cette fois, c’est bleu clair, avec quelques touches foncées, quelques piquants. Je distingue un petit dragon qui tient dans ma main droite tendue vers P. Celle-ci restera ainsi jusqu’à la fin.
    Ensuite, je vois d’autres pics, triangulaires, plus grands, rouges foncés, accolés les uns aux autres. L’endroit où je me trouve est un château-fort, je vois le chemin de ronde.
    Je reste tournée vers P., la main droite avec son offrande jusqu’à la fin de la méditation.
    Troisième méditation
    Méditation Osho, première partie avec des mouvements forts et rapides de tout le corps, seconde partie plus calme.
    Ressenti après la séance : force dans le chakra de la base, grande énergie.
    14 juillet 2015
    Première méditation
    Un chrysanthème couleur crème, épanoui, presque toujours en mouvement.
    Un indien danse autour d’un feu en rond, autour, l’obscurité. Il danse en sautant et tournant sur lui-même.
    Mikel agit sur le troisième œil.
    Plus tard. Plusieurs yeux fermés, comme ceux de certaines statues, pleins et sans vie.
    Plus tard. Un dragon, rouge, avec des moustaches. Couleurs : rouge vif, orange, corail, rouge foncé. C’est un dragon avec un ventre et de petites ailes, la même forme que celui offert hier à P. Il est petit, mais prendra plus d’ampleur par la suite. Il se déplace dans les airs, dans un paysage avec des montagnes au loin devant, des feuillus, de l’herbe.
    Le vol du dragon exprime force, énergie, puissance et élégance malgré la petitesse de ses ailes.
    Je vole avec lui, je suis sur lui, sans m’accrocher, en toute sécurité ; je ne ressens rien d’autre que le voyage, parfois quelques sensations au niveau du coeur et du ventre, mais pas en même temps.
    Le dragon vole, vole encore, dans un paysage de montagne,comme au début, si ce n’est qu’à présent il y a du brouillard, rien d’angoissant, c’est plutôt le calme et la puissance qui prédominent.
    Puis le dragon m’entoure, vole autour de moi.
    Plus tard, de sa montagne, il vient vers moi, fond sur moi, il m’avale, je suis le dragon. Je me sens dragon, je suis dragon.
    Il/je vole, en même temps, j’observe un peu en retrait. Je vole, à toute vitesse, près des arbres, dans le brouillard.
    Je vole, je vais me poser sur la montagne, une montagne de feu, elle est, à sa base, entourée de rouge incandescent, comme de la lave. Là où je me opose, au sommet de la montagne, se trouve un trophée, une pièce d’or travaillée. Je reste là un moment puis repars.
    Plus tard, le dragon vole et entre dans le brouillard, il revient sur la droite, derrière d’autres montagnes, puis refond dans le brouillard. Derrière cette masse brumeuse, dans la forêt, il arrive à un endroit qui est dégagé et au centre duquel se dresse majestueusement un arbre, c’est un temple.
    Ensuite, le dragon, toujours en mouvement vient vers moi, passe lentement devant moi, là, je vois son œil ouvert (il est bordé d’écailles et a la forme d’une goutte).
    Chronologie ?
    Le dragon enserre la terre, son corps en fait le tour.
    Chronologie ?
    Je ressens de la chaleur dans les mains, elle progresse vers le haut de mon corps, comme un cercle qui m’entoure et monte vers la tête. L’anneau stoppe au niveau du crâne, de biais, plus haut à gauche, au-dessus de l’oreille et en-dessous à droite. La partie située au-delà du cercle, donc le haut de ma tête, est lourde ; l’énergie est comme bloquée.
    Chronologie ?
    Je sens un point frais au niveau du troisième œil, ensuite, je vois face à moi cet œil, aux traits larges et lumineux, il s’ouvre et prend de la puissance.
    Voici ce que je vois :
    Je « reviens à moi », dans le premier tableau, le dragon se pose là où je suis.
    Je suis le dragon, le dragon est moi. Posé, assis, il est puissant et calme, serein.
    Deuxième méditation
    Yoga du rêve. Méditation partiellement guidée.
    Détente : le pied gauche s’allonge, s’étire, se détend en formant une petite boucle vers le haut puis continue de s’étirer ; le pied droit s’allonge, s’étire, se détend et tourne sur lui-même comme une vrille. Concernant les jambes, les parties hautes et basses se comportent différemment sans pouvoir cependant préciser avec certitude ce qui se passe à tel ou tel endroit ; une partie (le bas gauche me semble-t-il) est comme séparée en plusieurs palets, galets empilés ; ailleurs, la jambe s’allonge comme un élastique (bas droit, je crois) ; aux deux parties hautes, je ressens comme un massage.
    Lorsque Mikel suggère de visualiser un passage, je vois une méduse nageant sur la gauche. Sur le chemin vers la boule de lumière, le dragon revient et fonce vers elle, il tourne comme un vortex.
    Ensuite, je ressens une lourdeur au milieu gauche du front et plus haut.
    14 juillet 2015
    Deuxième méditation.
    Je vois en plan serré les yeux et la tête du dragon, avec ses moustaches et ses cornes.
    J’ai vu beaucoup d’oiseaux différents : aigle ± stylisé inca, aigle, hibou, faisan, phœnix.
    Je vois une cascade, belle, haute, aux abords verdoyants.
    La silhouette d’une artiste chinoise apparaît. Elle semble tenir des bâtons prolongeant ses bras et auxquels sont attachés des pans de tissus léger. Elle agite ces bâtons, ce qui induit un mouvement ondoyant élégant.
    Les yeux et le bec d’un aigle.
    Quand Mikel passe, je sens un agréable parfum de fleurs blanches.
    Je vois une montagne suspendue, toute de pierre, couleur gris clair.
    Je ressens de l’amour.
    Deux rangées de rayons, comme des arêtes de poisson, mais l’une face à l’autre, figées dans la neige. Elles se baissent pour laisser place à de l’eau, pure, profonde, plutôt froide.
    Je me vois dans l’eau, je sais que je dois y aller, m’y aventurer, je sais aussi qu’il n’y a aucun danger, cependant une crainte persiste. Alors j’appelle mon dragon, il arrive immédiatement.
    Je suis la scène d’en haut, j’observe.
    Le dragon fait quelques tours puis plonge, il va vers le fond. Sous la surface, l’eau s’écoule en tournant, comme un siphon… que va-t-il arriver au dragon ? Je n’ai pas peur, j’attends de voir. Il ressort de l’autre côté dans un lac aux eaux paisibles. En sortant de l’eau, il est encore plus puissant, de plus il a changé de couleur et est à présent doré.
    Il s’envole au travers du paysage de montagne. Il monte et arrive dans le cosmos ; il file à très vive allure. Il sait où il va. Je le suis à quelque distance.
    À un endroit, un « écran » carré, bleu-vert, irisé et translucide se tient sur le passage, c’est comme un vitrail ; à l’intérieur, d’autres carrés sont tracés pour parvenir au centre avec un seul carré ; le dragon est au-delà , parviendrai-je à le franchir ?… Je le traverse sans encombre. Seules ma crainte et mon hésitation auraient pu – et ont peut-être – ralentir le processus
    Le dragon arrive à destination, le soleil. Il prend position dans le ciel, dans le cosmos, il cache l’astre de jour, il est le soleil, c’est lui qui illumine le cosmos. Il fait ensuite demi-tour et revient sur Terre en parcourant à nouveau le cosmos.
    15 juillet 2015
    Première méditation
    Mikel donne comme consigne de se représenter une boule d’énergie, quelque part.
    L’énergie forme une boule orangée, lumineuse et qui devient blanche, d’un blanc pur. Elle est située au niveau de coeur, avec une main de chaque côté. Les mains disparaissent rapidement.
    Mikel chante, la boule disparaît.
    Ensuite revient en moi comme une couronne de lumière avec des rayons qui s’étendent sur un plan horizontal. Ceci se situe au niveau du coeur.
    La boule d’énergie au niveau du coeur se propage jusque dans les mains, je ressens des picotements, une fraîcheur, pour ensuite ressentir au bout des doigts de la chaleur et de l’énergie qui « bat ». Je joue avec la boule, elle est malléable.
    Tout d’abord de la taille d’un chou, elle ne peut être plus petite. Elle reste ferme et résiste lorsque j’exerce une pression comme pour la condenser.
    Je suis debout. La boule veut grossir, être toujours plus imposante. De mes bras, j’en fais le tour, de tous côtés, je me penche pour tenter de la saisir en entier, mais cela s’avère difficile.
    Ensuite, elle m’enveloppe, puis s’extrait de moi. Je le pose, elle fait près d’un mètre de diamètre, je me penche et m’appuie dessus.
    Plus tard, je verrai deux petites boules, une dans chaque main ; puis encore un jet, deux jets, un jet.
    Plus tard encore, revient en moi une boule d’énergie très forte, elle occupe tout le thorax et irradie en tous sens, plus seulement en rayons sur un seul plan. Je ressens très fortement sa présence, je ressens sa forte énergie, sa puissance.
    Après la méditation, je la sens encore, au moment même où je prends ces notes, comme hier, mais à ce moment-là, elle était moins imposante.
    Deuxième méditation
    Des papillons, en grand nombre.
    À un autre moment, un seul grand.

    Des montagnes, une cuvette verdoyante tapissée d’arbres d’un vert lumineux, au centre, un espace toujours vert et cependant dégagé. Quelque chose commence à s’élever de ce centre, comme un obélisque d’un blanc opaque, nuageux. Une pierre de soin. Il s’élève, l’énergie puissante s’élève. Je l’observe d’en-haut, assez proche d’elle, ma vitesse est calée sur la sienne, je monte à reculons, à grande vitesse.
    Ensuite, je vois la scène non plus d’en-haut, mais face à moi, à quelque distance. Un voile émerge du sommet, forme un dôme, puis redescend sur la plaine et recouvre tout, à vive allure, poursuit sa progression, de la plaine vers la montagne et file pour englober la Terre entière. Elle en fait plusieurs fois le tour.
    L’obélisque, tel une pierre de soin, s’élève jusqu’au cosmos, toujours en puissance, blanche (pas un blanc lumineux et intense comme ce que j’ai vu jusqu’à présent, ce qui ne grève en rien se puissance, c’est simplement différent, d’une autre nature). C’est comme un voile qui englobe tout.
    Un ralentissement se produit.
    (La musique change et apporte de nouvelles images)
    À plusieurs reprises, du centre de l’obélisque jaillit un flux blanc.
    À un moment, une colonne d’énergie est dans le cosmos, j’ai suivi son chemin – pas en tant que dragon cette fois, je suis moi. La formation d’énergie est face à moi, je suis à bonne distance. Je perçois alors quelque chose de noir, suivi de la même forme blanche, ceci s’enroule autour de la colonne dans le sens horaire ; ensuite, dans l’autre sens, s’enroule autre chose de couleur rouge et bleue.
    Je demande ce que c’est. Le noir et le blanc, sont dragon ; le rouge et le bleu sont serpent.
    Ils continuent de monter par-dessus la colonne et s’y entortillent.
    À un autre moment, un immeuble, vu d’en-haut, quelques arbres au pied, un peu d’herbe. Impression de New-York. L’immeuble est très haut, de couleur anthracite ou noir, vitré, un peu comme la tour Montparnasse.
    Ressenti : picotements dans le bras gauche ; à la fin, je sens le chakra de la base.
    Dans cette méditation, la forme prédominante est l’obélisque.
    Troisième méditation
    Cette séance est plus courte.
    Elle se déroule en mouvement pour ma part, corps et bras, parfois j’accompagne la musique en musant, en fredonnant.
    Je ressens de l’énergie dans mes mains, d’abord deux boules puissantes qui vont se rejoindre pour former un jet. Ensuite, je verrai une grosse boule élastique.
    Je sens un point au niveau du cerveau à droite.
    Je vois également une croix située au niveau du troisième œil.
    Dans la voiture, sur le chemin du retour, je ferme les yeux.
    Lors de la dernière méditation, j’ai ressenti un point au niveau du cerveau, à droite, à présent, je le ressens côté gauche, puis de nouveau à droite.
    Tout autour de mon crâne, comme la couronne d’épines de Jésus, de petits trous par lesquels fusent des rayons de couleur cuivre et or apparaissent, ils tournent dans le sens anti-horaire, comme un manège. C’est un manège au pied duquel tourne aussi, mais dans l’autre sens, un cercle, un anneau de pierre gravée de chevaux, simplement sculptés. Ces éléments continuent de tourner, chacun dans son sens, lumineusement pour le manège.
    Les rayons lumineux montent à la verticale, et à un moment, se forme une boule d’énergie qui semble cumuler énergie, puissance, puis fuse vers le haut.
    Le soir, je suis couchée, je viens de fermer les yeux.
    Je vois un homme, juste sa silhouette, il porte un sac à dos qu’il enfile. Il est dans la jungle.
    J’observe en retrait, sans faire partie de la vision. En m’avançant un peu, je vois qu’il y a une cascade un peu plus loin.
    L’homme est face à elle.
    En avançant encore un peu, je remarque la hauteur, à pic, un précipice.
    L’homme prend deux pas d’élan et saute, un vrai plongeon, tout en confiance. Il descend à vive allure.
    Le haut de la cascade est d’eau, plus bas, elle se mue en la nervure centrale d’une feuille ; plus bas encore, c’est sombre.
    Il descend toujours, il ne subit pas, c’est lui qui dirige son « vol ». Il plonge dans l’obscurité, puis remonte rapidement, et à la même vitesse que lors de sa descente, une rapidité faramineuse. Son ascension se fait en vrille, il tourne sur lui-même.
    Deux personnes, deux marcheurs, équipés pour la randonnée. Un couple.
    Je les vois depuis le ras du sol, ils avancent, je vois leurs grosses chaussures, leurs bâtons et perçois leur détermination à aller de l’avant. L’un est vêtu d’une couleur brun-gris plutôt claire, nuageuse (dans l’intensité),l’autre dans des tons plus chaleureux, rouge, orange,…
    Ils paraissent avancer sur des pierres, comme des marches, mais sans dénivelé prononcé. Derrière eux, après chaque pas, ces marches, comme autant de planches d’une passerelle suspendue, tombent, une à une.
    Un retour serait impossible, cependant ils sont déterminés à progresser dans cette direction et ne semblent pas même envisager de regarder en arrière.
    16 juillet 2015
    Première méditation
    20′ de « non-technique » debout avec musique rapide et intense.
    Une boule d’énergie que j’envoie au loin.
    À genoux, je forme une colonne en spirale que je fais tourner et envoie au loin après m’être relevée.
    Ensuite, je forme quatre œufs, des œufs de dragon.
    Je vois les yeux et les moustaches de « mon » dragon.
    Le premier est sur un feu de bois, comme un feu de camp.
    Chaque œuf créé est posé près de la fenêtre, le premier sur une chaise, les deux suivants de part et d’autre, et le dernier devant.
    Ils sont tous de taille différente. Le premier est le plus gros, environ 50cm/80cm.
    Ils ne sont pas pour moi, je les crée et les mets à disposition.
    Le soir, Mikel m’informera qu’il a bien reçu le sien.
    Quatre œufs, un pour chacun des participants peut-être… Mikel, S., A. et A.-F. – pour mémoire, j’ai déjà offert un petit dragon bleu à P. le premier jour.
    En réalité, cela n’a pas vraiment d’importance pour moi, ce qu’il en adviendra ne me concerne pas, je les ai simplement mis à disposition.
    Deuxième méditation
    Très rapidement, mon corps se penche légèrement en avant, ma main droite prend position, j’effleure P. qui est assis au sol (je suis sur le canapé). Ma main et mon bras se figent, ils sont en place, je le sens. Dans ma main une spirale cosmique bleue, avec des points lumineux, elle est de biais, en même temps, je vois la même spirale dans mon ventre, bleue également.
    De spirale, cela devient comparable à un soleil, une boule centrale avec des rayons e forme de S, cette forme tourne aussi. (Ce doit être bleu, mais je ne suis pas certaine.)
    Je sens l’énergie passer du ventre à l’avant-bras et parcourir celui-ci jusqu’à la main.
    Plus tard, je vois un œil égyptien, très géométrique, avec un long trait descendant.
    Ensuite, je vois une autre roue cosmique, blanche cette fois, devant moi, dans mes mains.
    Au niveau de la tête, les faisceaux précédents sont remontés pour former une crête.
    Je me vois respirer, dans ma position, en tailleur. À chaque inspiration, le centre de mon corps s’ouvre légèrement, coupant en deux les disques colorés agrémentés de symboles (lesquels?). Ceux-ci sont situés à chaque chakra jusqu’au quatrième au moins, je ne vois pas plus haut.
    Mon corps qui se fend ainsi est comparable à une épaisse porte en bois à deux battants et que l’on pousserait lentement sans aller jusqu’à l’ouvrir réellement.
    La porte serait celle d’une grande salle ancienne comme on pouvait en trouver dans les châteaux auparavant, sol dallé de pierre, murs de pierres également.
    Une montagne au sommet de laquelle trône un œil ouvert, ses contours sont larges et brillent, ils sont blancs et lumineux. Cet œil est dirigé vers le ciel, en oblique ; des rayons apparaissent, tout d’abord trois, puis quatre, cinq,… jusqu’à former un disque complet.
    Je ressens une douleur au genou droit (due à ma position en tailleur en grande partie), je pose ma main et, progressivement, elle se dissout.
    Moi, je porte une coiffe en trois parties, comme un serre-tête garni de tiges sur lesquelles sont fichées des boules. Cela me fait penser à la Birmanie sur le moment.
    Pendant la pause, je ferme les yeux. Je vois la crête d’une chaîne de montagnes, la foudre frappe sans disparaître, au contraire, elle a formé une boule d’énergie et l’éclair avec la boule parcourt cette crête. Je vois venir vers moi cette énergie, comme si j’étais face à ces sommets.
    Troisième méditation
    Début … ?…
    Mikel pose une pierre dans mes mains disposées en coupe, la gauche sur la droite.
    Je vois une pyramide à quatre faces, sa base est orange clair, le reste est blanc nuageux. Je sens immédiatement un travail qui s’opère, de la nuque jusqu’au sommet du crâne. Je ferai voyager cette pierre vers le coeur, le ventre, le front, je la présente en avant, en offrande,… Ensuite, je la pose sur le sommet de mon crâne.
    Je vois deux rangées « d’épingles » à grosse tête de nacre blanche. Ces rangées sont comme sur le sommet de mon crâne. Elles commencent à s’écarter l’une de l’autre, s’enfoncent dans l’eau qui s’écoule entre elles. C’est un passage. Je ne vois plus que les têtes des épingles au ras de l’eau, elles ressemblent à des balises sur une eau calme, profonde et sombre. Ces balises sont reliées entre elles, face à face, par des planchettes, on ne peut les distinguer, elles sont cependant là, formant le passage, à l’instar d’une passerelle suspendue.
    J’avance, je suis un crocodile, vert foncé, mais un crocodile qui marche tel un humain, sur les pattes postérieures. Au bout, un halo de brouillard, le reptile avance et s’enfonce dans la brume. Il traverse.
    De l’autre côté, il arrive dans un paysage luxuriant, de type plutôt tropical. Il se trouve à l’aplomb d’une falaise, un à-pic vertigineux agrémenté d’une gigantesque chute d’eau (150 ou 200 mètres).
    De son plein gré, il saute et arrive, après plusieurs paliers, dans une fontaine ; celle-ci est ronde avec un piédestal et le jet au centre, les abords font penser aux jardins dits « à la française », des carrés de pelouse, de la symétrie, des cours de graviers couleur crème,…
    Dans sa fontaine, le crocodile batifole, il est dans son élément.
    Au-delà de cette fontaine et de ses abords, la forêt, riche verdoyante, vivante, reposante,…
    À un moment, S. crie, quelques larmes perlent sur mes joues, plus au fur et à mesure qu’elle s’extériorise. Ces larmes sont des diamants, deux vont se loger dans le creux situé à la base du cou, ils s’y incrustent.
    Une énergie très forte et lumineuse émane de moi à partir du coeur, j’irradie d’une lumière blanche éclatante.
    Mikel repasse. Il reprend la pierre sans que je m’en rende réellement compte. Je me sens m’élever lorsqu’il est là, au sens physique du terme.
    17 juillet 2015
    Dernier jour, premier jour.
    Unique méditation du jour.
    Quelques minutes afin de décider de s’engager ou non sur cette voie. Quoi, comment,…
    Vu immédiatement : V dans des rails, un cinq en chiffre romain, énorme.
    Ensuite, une porte à deux battants, que je vois d’en haut. C’est la porte, soit d’une ville fortifiée, soit d’un château-fort (je pencherais pour la ville, mais sans certitude), avec un mur de protection en pierres gris clair.
    La porte s’ouvre, une fois, deux fois, je change ensuite de plan et découvre le paysage. Une étendue herbeuse, des prairies, un sentier qui serpente doucement (il est de couleur beige très clair), au loin, une rangée d’arbres, des feuillus disposés presque régulièrement les uns à côté des autres, ils sont face à moi.
    Je file, à toute allure, le chemin ondule, serpente, le paysage évolue.
    Le brouillard au loin, je me dirige vers lui, toujours à grande vitesse.
    C’est le dragon qui s’exprime. Depuis mon départ devant la porte, je me sens dragon.
    Continuer ? C’est une évidence, la question ne se pose pas même

    31 janvier 2021 à 22 h 00 min #660
    Répondre
    Mikel Defays
    Maître des clés

    Témoignage : Stage Kundalini Rising – La No-technique – Février 2012
    Bonjour vous tous mes frères et sœurs de Lumière,
    Je voudrais avant tout remercier Mikel et tous les participants pour tous les moments vécus durant ce stage. Tout m’a émerveillée: l’endroit, l’ambiance et les activités proposées, le fond et la forme; même nos rires et délires à propos du ‘pain’. Ce stage fut d’un grand enseignement et tout mon être en a bénéficié à beaucoup de niveaux. J’ai reçu guérisons, élévation de conscience, hausse de taux vibratoire, des révélations, de nouvelles compréhensions, des visions, des cadeaux, etc… En plus, je puis qualifier d’exceptionnelle la cohésion qui s’est établie dans le groupe (formateur et participants). Pour moi la synergie du groupe était telle que c’était un grand rendez-vous d’âmes, qui est déterminant pour la suite de notre évolution sur cette voie de l’ascension. Merci
    Je peux qualifier d’intenses et d’exceptionnels tous les moments vécus durant ce stage, que ce soit les méditations, les exercices yoga ou de respiration, et même les rêves ou événements pendant la nuit. Je ne pourrais pas tout transcrire ici aussi je vais me limiter à la 1ère méditation – 1ère transmission de Mikel.
    Yeux fermés, sous la musique de Deva Premal, j’adopte la position la plus confortable pour pouvoir osciller comme un serpent sous cette musique vibrante. Un moment donné je sens un serpent me grimpe le long de la colonne vertébral. Je suis tellement entrée dans la méditation que je mets un petit temps avant de réaliser que c’est Mikel qui me touche. Quand il émet le sifflement de serpent, tout d’un coup la peur s’empare de moi. Le serpent est jusque-là le seul animal dont j’ai encore peur même en imagination. Des émotions remontent, je sanglote bruyamment (bruit de sanglots étouffés par la musique), les larmes coulent.
    Et puis très vite, je commence à percevoir en conscience deux cobras têtes fièrement dressées, un devant moi et un autre dans mon dos. Ces serpents ondulent avec moi au rythme de la musique. Ils sont contents, bienveillants. Ils me sourient et projettent sur moi un liquide pour guérir mes cellules et les transmuter en lumière. Tout d’un coup leurs bébés serpents apparaissent et dansent à coté de moi par terre.
    Je reprends confiance. Ces parents et enfants serpents vont m’accompagner longtemps durant cette méditation. Un moment donné, nous sommes tous en joie et lumière. C’est ma guérison par rapport aux serpents et c’est l’énergie Kundalini qui s’installe. Mon dos chauffe.
    Les serpents disparaissent.
    C’est l’Elohim et Mère divine Zayiniel qui se manifeste à ma conscience et me révèle que c’est le moment de son intégration « officielle » en Irmina. J’entends dans mon cœur et dans ma conscience: « Zayiniel est en toi, Irmina tu es Zayiniel ». (Je dois expliquer qu’en début de stage j’avais émis le souhait de mon intégration permanente , quels que soient les tumultes extérieurs, avec Zayiniel l’Elohim conscience supérieure qui m’habite).
    J’accueille ce cadeau divin d’être consciente de manifester entièrement qui Je Suis.
    Beaucoup d’Etres de Lumière connus ou Inconnus, d’autres Elohims, des Etres galactiques, des Etres de l’intra-terre et même des astres, des planètes dont Gaïa, manifestent leurs énergies pour célébrer ma fusion avec Zayinel. Je suis toute lumière.
    Après je célèbre dans la lumière cette fusion avec chaque membre de ma famille terrestre, mes parents décédés, mes frères et sœurs, mon fils, ma belle-fille, ma petite fille, mon petit-fils bientôt incarné, tous les amis, connaissances. Je communie avec le divin en chacune des ces personnes.
    Ensuite je passe en revue les événements de ma vie. Ils défilent très vite. Je vois chaque situation qui s’illumine et la lumière qui en découle est envoyée, diffusée dans l’Univers tout entier comme une offrande, comme une récolte de tout ce que j’ai vécu. C’est magique. Les larmes de gratitude coulent, coulent.
    Et tout cela dans le balancement de mon corps en lumière et douce chaleur qui ondule sous l’effet du serpent Kundalini. Maintenant, animée par l’énergie Kundalini, mon corps effectue une danse en transe très mouvementée tout en restant assise sur le pouf par je ne sais quel miracle.
    L’Univers tout entier célèbre avec moi la fusion Zayiniel-Irmina. Je n’ai plus la sensation de mon corps. Je suis Espace infini, le Tout , la pure Conscience.
    Et puis il ya des couleurs, des trous noirs, des étoiles, des galaxies, ca se forme, ça se déforme, c’est mauve, bleu, blanc, … à la fin beaucoup de couleurs blanches. C’est intense, très beau, plein d’amour.
    Les larmes de gratitude coulent, coulent toujours.
    Je suis dans cet état de reconnaissance de ma nature multidimensionnelle lorsque retentit le gong de la fin.
    Gratitude de pouvoir vivre ces cadeaux.
    Namasté,
    Zayiniel-Irmina

    31 janvier 2021 à 22 h 01 min #661
    Répondre
    Mikel Defays
    Maître des clés

    Extrait de mon expérience Kundalini (en parfait Fr-italien!).
    Ce fut un moment privilégié, un G R A N D C A D E A U de vie! Dès mon arrivée au Serenity Center je me suis tout de suite bien sentie: des douces vibrations m’ont accueillie et l’endroit parlait tant à mes yeux qu’à mon coeur. Après un an et demi d’attente, le travail pour un nouveau dialogue (et regard) envers ma Kundalini à pu enfin commencer, accompagnée par quatre merveilleuses Âmes ❤ (…).
    Les effects pendant l’initiation se sont manifestés à plusieurs niveaux, par exemple par des sensations physiques telles que des vibrations sur la colonne vertebrale (lors d’une transmission par Mikel), des petits spasmes, des sensations de chaleur par endroits, mais aussi au niveau mentale par des images pour moi inédites (un ou deux serpents blancs, la silhouette d’une divinité à quatre bras…etc).
    Pour ce qui me concerne, le travail le plus important s’est manifesté surtout au niveau du coeur. Action après action, un bon nettoyage s’est fait à l’aide de Mikel, des musiques, des respirations et d’autres exercices. À l’heure actuelle je ne suis pas en mesure de dire si mon coeur est complétement guéri mais…je peux affirmer que déjà là-bas j’avais pu constater la disparition de certaines importantes blessures (…). Je me souviens d’un jour où, pendant une transmission, lorsque Mikel a posé sa main sur mon dos au niveau du coeur, une sorte de douleur m’a traversé jusqu’à un endroit précis du coeur, comme s’il avait une grosse aiguille brûlante!
    Mais le travail continuait même en dehors des heures dediées à l’initiation. Par exemple, pendant deux jours consécutifs avant de m’endormir, j’ai réçu comme deux balles puissantes d’énergie droit au coeur, ou encore « on me réveillait » au milieu de la nuit pour m’inviter à la méditation (…).
    Pas moins importantes furent les maniféstations au niveau émotionnel! Je pus me reconcilier avec ma Kundalini, cette Force qui aime tant danser et qu’au début me parlait par le biais de sentiments et mouvements de mains (Kundalini italienne? 😜).
    J’ai pu bien ressentir sa frustration à cause des limitations que je lui infligeais (par désespoir!), mais aussi, par l’après, être témoin de la joye dans sa libération (…).
    C’était un peu dur devoir quitter l’endroit où jaillissaient toutes ces belles vibrations (magnifiques Âmes comprises), inquiète sur comment pouvoir ramener et transposer les nouvelles connaissances et la nouvelle attitude dans la réalité de tous les jours, mais aussi heureuse de ce « bagage d’Amour supplementaire ». Je ressentais la joye d’avoir réçu tous ces cadeaux et en même temps un sens d’engagement. J’avais tellement envie que chaque personne puisse d’une manière ou d’une autre connaître cette joye du coeur!
    Où j’en suis aujourd’hui?… Rendez-vous dans un prochain partage! ;-D
    De tout coeur,
    SsSsSilvia 😉

    31 janvier 2021 à 22 h 02 min #662
    Répondre
    Mikel Defays
    Maître des clés

    Voici les méditations que j’ai pu faire pendant le stage de Kundalini avec Mikel.
    Cette expérience restera gravée dans ma mémoire. Beaucoup d’émotions, de sensations d’amour, de loyauté et de partage. Nous étions tous connectés (même par skype). Nous ressentions les émotions de tous le monde présent. Le seul manque que j’ai pu ressentir c’est de ne pas pouvoir les prendre dans mes bras.
    Ces méditations ont été écrites au fur et a mesure, je n’ais rien changé pas un mot, pas une tournure. Elles paraissent décousues, et je ne suis pas dans la capacité de les expliquer encore. Il y a de beaux messages, de beaux cadeaux, je m’en suis rendu compte en les relisant, et j’ai encore beaucoup de choses a découvrir a travers elles.
    Je remercie le ciel pour cette belle opportunité, je remercie ma sœur qui me permet de travailler sur toutes mes peurs limitantes (ce stage n’est pas pour moi, je n’en suis pas là, je ne mérite pas, je ne sais pas, je ne ressens pas, je ne….pas , je ne …..pas, j’ai peur de….., ….etc etc etc!!!!) Je remercie Mikel pour l’amour qu’il nous donne et sa dévotion a nous faire nous redécouvrir comme nous sommes depuis toujours.
    Je remercie également toutes les présences visibles et invisibles pour leur amour et leur partage.
    Je vous envoie toute ma gratitude.
    Manou.
    1ere méditation: 14/12/15 11h00
    Beaucoup de couleur : violet, bleu, vert, rouge en forme, sous mes paupières comme une lampe rétro, psychédélique.
    Vague de frisson
    Douleur au cou très raide, impression que mon estomac se serre.
    Mon cerveau lâche mais reviens régulièrement sur « lâche prise, « laisse toi faire ».
    Couleur bleu clair comme un lagon, vu lagon avec plage, poisson qui saute , ce ne sont pas des dauphins.
    Vu comme une cellule, vu au microscope. Mains chaudes, pieds froids.
    Sensation de spirale a l’intérieur.
    Bureau, baie vitrée avec plein de bureau autour. J’ai des piles de papier mais je vois le beau soleil derrière les grandes baies vitrées. 5 piles à hauteur de ma poitrine.
    La musique me change de décor je vois des indiens autour du feu avec des bracelets aux chevilles. Des coiffes de plume
    Vole dans les nuages
    Forêt avec des singes, pleins de singes gentils dans une forêt style Amazonie des petits singes.
    2éme Méditation 14/12/15
    Vibration très forte du bas vers le haut sur la première musique, tourbillon avec mouvement du corps en rond sur les côtés, voir uniquement la tête.
    Décor avec musique, espace, désert, Colorado, fées, ondines, elfes. Fées qui volent a la cime des arbres, fées au bord de la rivière qui se rafraîchie.
    Douleur au coude gauche, aigu et courte.
    Je me suis sentie consciente, j’ai pris le moment, j’ai même eu les yeux ouverts. Je ne suis pas rentrée dedans, j’ai juste été là à l’instant, avec la musique mes pieds au sol, la conscience de mon corps, mais aucun voyage, très peu d’image a part sur la 1ere et 2eme musique , rien a voir avec ce matin.
    Monastère avec moines en aube marron et des moines tibétains ils sont a la file dans une cour de monastère avec un puits au milieu. Ils rentrent au fur et a mesure dans le monastère.
    1ere méditation 15/12/16
    Aucune vision, grosse vague d’énergie, cœur se serre
    beaucoup de sagesse. 5 chansons voir 4. Je sors de la méditation je suis bien et peinée je ne sais pas pourquoi.
    J’ai commencé ma méditation et très vite je me suis senti aspirer de ma terre dans l’espace, je me suis retrouvée dans un endroit désertique avec un indien en haut d’une montagne sur une plate forme . C’était un sage ou un chamane je ne sais pas, une chose est sur c’est qu’il ‘attendait je me suis assise a coté de lui et j’ai posé mon intention a voix haute je suis là pour apprendre et acquérir le lâcher prise peux tu m’aider. Il m’a répondu « que vois tu autour de toi ». Une frénésie m’empare je parle très vite il y a un désert des cactus des montagnes 1 aigle 1 loup des buissons il me dit « doucement » il me demande de prendre le temps il me dit « regarde, observe et une fois que tu as tout observer dit moi ce que tu vois ». Je décroche, je ne vois plus la montagne, l’indien, je me replonge dans la musique et dans mon intention, j’entends une voix me disant « amour et émerveillement, tu es amour et émerveillement, ne cherche pas de niveau, tiens t’en a ça. Je me replonge dans la montagne l’indien est là je lui décris calmement ce que je vois je me rend compte que l’aigle et le loup ne sont pas là que c’est moi qui les ais imaginé parce qu’ils font pour moi parti de ce décor magique il me dit « regarde » le loup blanc est arrivé derrière moi et l’aigle derrière la montagne. Je suis revenue peinée de ne pas avoir dit merci.L’indien avait un regard très profond, j’avais envie de m’effondrer mais c’est pas de la tristesse c’est de l’amour intense très grosse émotion sans mot, j’arrive pas a décrire ce que je ressent.
    Début d’après midi 15/12/15 : je me sens fatiguée, vidée intérieurement.
    Exercice 15mn vibrer et bouger dans tous les sens, c’est très long et fatiguant, puis 15 mn de danse très long, moins fatiguant mais un peu contraignant, puis 15 mn sur place comme un arbre plutôt agréable, j’ai un conte en tête d’un arbre seul, d’un artiste seul accordéoniste qui décide de venir voir l’arbre et l’artiste finit par comprendre que l’arbre entend sa musique et qu’il aime ça une grande amitié commence….., puis 15mn sans bouger, sans musique, j’ai un flash le petit joueur de flûte qui fait partir les rats de la ville avec sa musique puis plus rien, j’entendais les oiseaux dehors, j’étais très consciente de mon corps, de mon souffle et de l’endroit ou j’étais,,,,très relaxant.
    Cette expérience m’a sorti de ma fatigue et de mon vide intérieur.
    2éme Méditation 15/12/15:
    De l’eau, beaucoup d’eau, une femme, je ne vois que le haut des épaules le cou le visage avec des bulles d’air qui sort des narines, je ne suis pas spectatrice, je vois est ce moi je sais pas je ne manque pas d’air, je ne ressent pas l’eau je vois la surface ainsi que la côte, sorte de gros rochers mais je ne sors pas ma tête de l’eau comme si j’avais un choix et que si je vais sur les rochers je perds quelque-chose et si je reste dans l’eau je suis bien mais il manque quelque chose je crois que cette femme c’est moi.
    1ére partie du 16/12/15 : je me suis réveillée trois fois dans la nuit. Sommeil profond plus profond que d’habitude du mal a me lever je suis bien dans mon lit. Je prend ma douche et revois le loup et l’aigle et la voix de l’indien » ne te pose pas de question et regarde ». Je comprend qu’ils sont bien là que ce n’est pas moi qui les est crée……enfin ….. J’en sais rien !!
    1ére Méditation : Je me suis allongée par terre, car je ressentais le besoin, le besoin d’être en contact avec le sol. J’ai inspiré et expiré profondément senti la terre sous mon corps, j’ai senti très vite des vibrations comme si j’étais couchée sur des milliers de micro-billes en mouvement. J’ai ressenti une forte chaleur sur le bas du ventre, je me suis trouvée en pleine forêt allongée sur un lit de mousse fraîche épaisse et confortable avec cette odeur formidable de forêt, feuilles, écorces, mousse, terre. J’avais la sensation d’avoir deux boules d’énergies à l’intérieur de mes mains. Je me suis retrouvée avec d’autres personnes que je ne connaissais pas ils et elles avaient des vêtements simples comme des grandes robes a capuche en toile de jute ou en lin crème. On marche tous dans la même direction dans une sorte de désert de terre poudreuse mais pas étouffante, il y a des montagnes au loin, pas de neige, il fait un grand soleil, mais pas accablant tout va bien il y a une belle énergie, je vois une grotte très grande, avec du monde à l’entrée , habillés de la même façon j’ai gardé la robe blanche de la forêt. Dans la grotte on donne des offrandes des fleurs, des fruits mais je ne sais pas ou, il n’y a pas de statue, c’est très vague, je me retrouve seule dans une petite grotte attenante il y a une femme très belle, douce, dégageant une bonté, une gentillesse, une compréhension, je me mets a genoux, je ressent un grand respect elle est tellement grande, ample dans ce qu’elle dégage, elle me regarde avec de l’amour, confiante, aimante, écoute ton cœur…..Je veux en savoir plus, je sens une frustration de ne pas savoir, je me coupe, je suis allongée, et pourquoi pas laisser faire…… Je suis frustrée !
    2éme méditation du 16/12/15
    Je suis restée là, j’ai eu du mal a me laisser aller il y a rien qui vient j’ai rien puis concentrer sur ma respiration puis sur mon corps puis sur la musique. Mon mental ou je ne sais quoi me souffle l’idée de chercher la petite Manou, j’ai vu un instant une petite fille entouré de ronce comme dans une impasse elle pouvait sortir mais regardais le mur de ronces comme si elle ne voyait rien d’autre. J’entends « la petite fille n’est pas obligé de te ressembler mon mental ou je ne sais quoi cherche un profil,j’ai trouvé ça sans aucun sens……alors j’ai failli abandonner la méditation et j’entends « prend le temps» et Mikel qui dit « dès fois c’est au bout de la 40éme minutes ou 50éme minutes », j’entends aussi « inscrit les messages qu tu reçoit dans la matière » j’ai donc persisté la 3éme musique est apparu je me suis vu assise autour d’un très grand feu très large a la base il y a des troncs coupés autour pour s’asseoir je suis assise sur un tronc, avec tous les autres je ne sais pas qui et je suis dans ma tête vide, hypnotiser par les flammes, je regarde de temps en temps le ciel, les étoiles je suis sans une sorte de désert rocailleux. Je me sens bien je suis bien là j’ai une grosse chaleur derrière la nuque ma tête fais des tours, des balancements, j’ai l’impression que mon visage se dédouble et je reviens. Je suis contente d’être restée juste pour ce moment de paix.
    1ére partie 17/12/15 :
    Ronde d’amour : besoin de donner mais pas de conscience sur le recevoir, image d’une ronde avec un gros cœur au milieu envoyant des rayons a chaque personne créant un cercle d’énergie intense passant par chaque personne.
    Méditation : Je suis en boule genoux au sol tête rentrée sur le sol terreux, poussiéreux mais pas étouffant je suis seule dans ce grand espace même décor que la dernière fois je ne suis pas en hauteur je vois l’aigle qui vole dans le ciel c’est la fin de la nuit une légère lueur commence a prendre le ciel un loup arrive derrière moi le beau et grand loup blanc de l’indien, l’aigle se pose a côté de moi je suis assise par terre je regarde qu’ils sont beaux ils ont un regard vers moi je suis très émue c’est tellement beau je dois regarder autour de moi voir observer je vois une immensité de terre et de montagne rocheuse les couleurs marrons, ocre, pour le sol les montagnes tirent sur le orange le ciel est encore noir avec une bande plus clair le soleil va arriver. Je me lève et marche avec le loup et l’aigle, l’aigle est au sol il est grand il m’arrive a la taille je me sens entourer de protection d’amour de sagesse il y a un chemin dans cette montagne un petit sentier en terre qui mène a une grotte une ouverture dans la montagne l’aigle qui avais pris son envol au tout début du chemin se pose sur un petit rocher a l’entrée de la grotte et me regarde le loup s’assoit je ressens le besoin de m’asseoir et d’être bien, comme une invitation a la méditation a cette endroit je m’installe le loup est a côté de moi assis et je regarde le panorama je vois le grand feu d’hier avec des troncs coupés au loin l’aigle s’en va et vole dans le ciel, il fait des cercles, le loup regarde le panorama avec moi je sens l’énergie entrer en moi elle éclaire le tour de la grotte comme une couche de quelque chose qui s’ajoute a la roche. J’ai des fois mon mental qui revient qui m’empêche de garder ces images a chaque fois que cela arrive l’aigle revient sur le rocher et le loup me regarde. Je regarde le feu au loin qui s’éteint une fumée plus épaisse s’en dégage a plusieurs reprise l’aigle est revenu parce que je décrochais. Dés qu’il arrivait et que le loup me regardait le décor revenait plus clair. Il y a quelque chose au fond de la grotte soit elle continu soit il y a une présence. Un indien plus jeune que celui d’hier entre dans la grotte, le loup n’a pas de réaction et l’aigle revient sur son rocher. L’indien se met derrière moi il m’envoie de l’énergie dans mon dos, dans mes jambes ça ajoute une couche quelque chose sur le sol de la grotte. Il s’approche de moi me mets ses grandes mains robustes sur mes épaules ses jambes touchent mon dos comme s’il voulait me tenir au sol, je pèse très lourds je ne peux pas bouger l’aigle s’envole et fait des ronds autour du feu la fumée se transforme en une sorte de colonne blanche qui va vers le ciel elle s’intensifie je regarde a côté de moi le loup n’est plus là il est autour du feu et tourne derrière les troncs coupés l’indien me tient au sol j’ai très envie d’aller voir cette colonne mais je ne peux pas c’est pas le moment. Je sens que le décor se brouille je ne veux pas m’en aller je suis bien c’est beau tellement beau, tellement bon pour moi, j’entends que je peux revenir et que le soin de toutes les façons continu , pas d’inquiétude.
    2éme partie 17/12/15 : l’après midi a été très particulière par rapport a l’exercice d’ouvrir son cœur et de dire a ma sœur toute la lumière qu’elle m’apporte depuis toute petite…….. et tout ce que ma sœur m’a dit et tout ce que les autres ont pu dire et faire dans l’amour. J’étais complètement déconnecté du quotidien comme s’il me manquait quelque chose dans mon cerveau qui marche habituellement c’était une après midi éprouvante, fatigante intense très intense.
    La méditation du soir n’a rien donné,,,Quelle belle journée !!!!
    1ére méditation 18/12/15 Je me vois marchant sur la plage longue sans fin la mer est plate calme le ciel est bleu avec des petits nuages bien formés et blanc. Une belle clarté, le soleil est là je peux le regarder sans me faire éblouir. Je marche des images se succèdent je marche je m’assoies et contemple puis je suis allongée avec l’eau qui m’effleure les pieds c’est paisible je suis posée et profite ensuite je me retrouve dans un gros nénuphar violet rose et blanc qui m’emmène sur l’eau il y a une racine un tube dessous qui est connecter a la terre il n’est pas retenu comme si cette tige était extensible je pars vers l’horizon la mer est calme je suis bien je m’allonge sur un pétale qui touche l’eau sous le poids de mon dos je vois le ciel et me laisse aller au rythme de l’eau je tourne doucement puis je me retrouve sur cette plage je regarde a l’opposé de la mer il y a des falaises couleur orangé et sable et au dessus des arbres il y a une forêt je regarde sur ma droite il y a le loup blanc en haut d’une des falaises il est assis et regarde l’horizon, je ne vois pas l’aigle je cherche car je sais qu’il est quelque part.
    Je vois Serge, Isa, Thierry, Véro, Jeremy, Laurent, Christophe avec chacun leur particularité Serge blagueur rieur Isa et son monde féerique comme Charly et la chocolaterie mais sans bonbons, Thierry avec ses grands bras protecteur, Véro et sa ouate, son coton, sa douceur, Jeremy et son cœur visible physiquement comme une fenêtre découpée dans son corps, Laurent le combattant comme un personnage du jeu vidéo Teken mais avec un cœur tellement tendre et doux et Christophe comme Prof des 7 nains ou le grand schtroumph avec la barbe blanche. Beaucoup d’amour de paix et de joie de savoir qu’on est tous connecté. DU BONHEUR.
    Emmanuelle

    31 janvier 2021 à 22 h 03 min #663
    Répondre
    Mikel Defays
    Maître des clés

    Retour de l’initiation kundalini …En lâchant tout et laissant le Divin s’exprimer, j’ai expérimenté la puissance .. mon intention pour cette initiation …
    Sans rien vouloir, ni décider, je me suis abandonnée complètement lors des transmissions, et la Vie est venue s’expérimenté dans la puissance de la lumière, ET, dans la puissance des forces de l’ombre , …. pour se rejoindre dans l’union des Deux, le Coeur ❤
    C’est dans la solitude que je m’accorde ce we, à l’issue des 5 jours
    de stage, que le fil rouge des enseignements apparait 🙂 JE REMERCIE
    Valérie

    31 janvier 2021 à 22 h 04 min #664
    Répondre
    Mikel Defays
    Maître des clés

    Chers Mikel et Anna,
    Je voudrais témoigner de ma gratitude infinie d’avoir participé à mon 3e stage kundalini par la non-technique.
    Immense expérience, et enseignements qui infusent pendant des mois et réalignent toujours plus .
    Votre foi, et votre confiance à encadrer le groupe, à ce que chacun ose laisser faire le mouvement de la vie , m’a fait faire des expériences inédites, qui m’ont montrée le chemin de la guérison par rapport à mon intention posée en début de stage.
    Les expériences vécues sont engrammées maintenant dans mon corps physique, dans ma matière .
    Une fois de plus , j’ai osé laissé faire le mouvement de la vie, oser m’abandonner totalement, et les cadeaux furent immenses.
    Gratitude à votre confiance de m’avoir laissé faire mon chemin (de dingue! ) pendant ce we , sans couper court à certains mouvements de la vie, qui n’auraient pu être accueilli dans d’autres cadres! Peu d’accompagnants ont cette confiance, et remettent du contrôle, et de l’ego sur ce qui se passe dans leur stage.
    MERCI à vous , au groupe pour son accueil, aux forces invisibles qui soutiennent, … à la Vie , quoi!
    Valérie

Répondre à : Témoignages des stages kundalini en présentiel
Vos informations :




Topic Tags